Le fait de faire adopter son enfant est sans aucun doute une décision assez difficile à prendre. Ce choix appartient souvent à de jeunes mamans qui se retrouvent dans des situations délicates qui les mettent dans des positions bien complexes. Cela dit, aussi rude que puisse être la décision à prendre, il y a une façon régulée de le faire. En France, une jeune maman qui décide de ne pas élever son bébé dispose de moyens légaux pour prendre une telle décision.

Accoucher ou non sous X

Une jeune maman qui ne veut pas élever son bébé, quelle que soit la raison qui le motive, peut choisir d’accoucher anonymement. L’accouchement sous X est une disposition qui permet à la maman d’accoucher sans que son identité puisse apparaitre sur le dossier du bébé. La maman préserve ainsi son identité ce qui aura pour conséquence que le bébé n’aura aucun moyen de connaitre quelles sont ses origines. Toutefois, la maman peut choisir de ne pas cacher son identité. Cette option permettra plus tard à ce que l’enfant puisse connaitre l’identité de sa mère.

Comment procéder

Les jeunes mamans qui se trouvent dans cette situation ne doivent pas attendre au dernier moment pour choisir d’accoucher sous X. Elles doivent contacter les services compétents pour qu’ils prennent en charge la procédure. Le Service de l’Aide Sociale à l’Enfance est habilité à mener un tel processus. Ce service accompagnera la maman pendant la grossesse jusqu’au jour de l’accouchement. Sa mission consistera à accompagner les mamans dans les différentes étapes de la grossesse et à s’assurer de leur volonté de faire adopter leur enfant dès la naissance. Le choix concernant les instituts d’adoptions revient à la maman ; bien sûr le Service de l’aide sociale à l’enfance l’accompagnera dans cette démarche. Le service devra en outre s’occuper du choix de l’accouchement ou non sous X de la maman. La jeune maman devra avoir accès à toutes les informations relatives à l’adoption.

Le délai de rétraction

La loi prévoit que la maman dispose de deux mois pendant lesquels elle peut exercer son droit de rétraction et reprendre la destinée de son bébé. Cette décision n’est soumise à aucune condition. Pendant ce temps, l’enfant est placé en pouponnière ou sous la garde d’une assistante familiale. Une fois que le délai est écoulé, il ne sera plus possible de revenir sur la décision. L’enfant pourra alors être adoptée par une nouvelle famille.