Les enfants possèdent des droits qui leur sont spécifiques. Sans ces droits établis, ces individus de bas âge seraient exposés à diverses formes de maltraitances, abus et autres. Dans ce contexte, le procédé suivant va vous expliquer ce sujet.

 

Quels sont les droits des enfants ?

Les droits sont établis pour assurer la protection des tout-petits en tant qu’être humain. Les droits de l’enfant concernent les besoins fondamentaux comme le droit à la vie, le principe de non-discrimination, le droit à la dignité à travers la protection de l’intégrité physique et mentale. Ce dernier inclus la sécurité contre l’esclavage, la torture et plus encore.

Les enfants possèdent également des droits civils et politiques, à savoir le droit à une identité ou une nationalité.

Sur les plans économiques, sociaux et culturels, ils ont le droit à l’éducation, à un niveau de vie acceptable, à un bon état de santé et ainsi de suite.

De plus, ils ont des droits individuels tels que l’obligation de vivre avec leurs parents ou de bénéficier d’une protection. Ils doivent jouir des services d’aide et de soutien dont ils ont besoin.

Ils ont aussi accès aux droits collectifs comme pour le cas des personnes handicapés, réfugiés, issus de minorités ou de groupes autochtones.

La loi face aux enfants soumis à des maltraitances

Il y a des droits qui conviennent pour les poupons compte tenu de leur fragilité, de leurs spécificités et de leurs besoins particuliers en fonction de leur âge.

Ils prennent en considération la protection des bouts de chou face aux travaux de l’exploitation ou les conditions de travail qui mettent en danger leur développement physique et mental. Les tout-petits peuvent être soumis à des prostitutions ou être employés comme des domestiques.

Si une personne découvre toute forme de maltraitance faite à un enfant, elle doit informer les autorités médicales, administratives ou judiciaires.

Pour les raisons de non-respect de leurs droits, le « défenseur des enfants » a été créé. En droit français, cette branche a pour rôle de défendre et de promouvoir les droits de l’enfant. Elle assure aussi l’exécution de la Convention de New York sur les droits des poupons.