Lorsqu’un enfant est séparé de ses parents suite à des problèmes dans le couple ou lors un divorce difficile par exemple, sa prise en charge est remise à une personne ou à un foyer. Il se peut que le juge exige la présence d’un tiers lors des visites pour diverses raisons qui tendent au bien-être de l’enfant. Comment mettre en place les visites ?

 

Préparer la première visite

Avant l’organisation des visites, un premier entretien est organisé pour faire connaissance et pour rappeler à l’enfant ainsi qu’aux parents les modalités de chaque visite. Pour ce faire, la fréquence et la durée des visites sont mentionnées. Le rôle et les capacités des professionnels sont également mis en évidence. Et enfin, les objectifs des visites sont rappelés à chacun.

Cet entretien permet aussi d’évaluer le niveau de langage et l’attitude de l’enfant par rapport à son âge. Il permet également de prendre en compte son aptitude à s’ouvrir aux adultes et de se renseigner sur ses attentes ainsi que ses craintes liées aux visites.

 

Prioriser l’enfant

Avant chaque visite, il est nécessaire de prendre le temps de discuter avec l’enfant pour connaître ses attentes et ses craintes. Ainsi, il est possible de faire sortir le message qu’il souhaite transmettre à ses parents.

Cette étape passée, le déroulement de la visite doit être discuté avec l’enfant et les professionnels qui le prennent en charge.

La personne ou l’établissement qui s’occupe de l’enfant doit également apprendre à observer l’enfant avant et après les visites dans le but de connaître leurs effets sur l’enfant. Si l’enfant semble rencontrer un problème, il est dans son devoir de le signaler aux professionnels.

En effet, il peut arriver que les visites entraînent des troubles chez l’enfant (insomnie, perte d’appétit, changements comportementaux, incapacité d’apprentissage, réticence à approcher les adultes, etc.). Dans ce cas, un soutien doit être apporté à l’enfant. De même, les modalités de visite doivent être remises en question afin que l’enfant puisse les supporter sans entraîner un effet secondaire.

 

Se renseigner sur l’impression des parents

Avant de commencer les visites, il est nécessaire de faire le point sur les séances précédentes avec les parents. Effectivement, les parents peuvent également rencontrer des difficultés dans le cadre de la visite : peur de faire de faux pas, peur de ne pas être apprécié par l’enfant, etc.

Il est donc important de se renseigner sur l’impression des parents sur la dernière visite et sur ce qu’ils pensent de l’évolution de l’attitude de l’enfant à leur égard. Ainsi, il devient possible de déterminer s’ils peuvent partager un moment familial avec leur enfant.

Si les parents sont assujettis à des problèmes d’addiction ou à un trouble psychiatrique, il a la possibilité de reporter la visite.