La loi protège les enfants dont les parents sont alcooliques

Les conséquences de l’alcool sont nombreuses sur la vie de famille et sur l’état psychologue de l’enfant et son bien être au quotidien. L’assistance que les parents se doivent d’apporter à leur progéniture est fondamentalement brisée.

L’image que nous avons est généralement celle du parent affalé sur un canapé, une bouteille à la main. Cela n’est qu’une petite partie cachée de l’Iceberg.

La confiance de l’enfant est détruite, les promesses que ses parents lui font ne sont (presque) jamais tenues. Et l’état d’esprit des parents alcooliques est sombre, critique, dévalorisante, agressive.

L’attention affective est peu présente si ce n’est inexistante, tout comme l’assistance alimentaire, vestimentaire, éducative. L’enfant est livré à lui-même au quotidien.

Les humeurs sont de véritables montagnes russes avec des pics de joie, d’ivresse, de stress, de nervosité, d’agressivité et de violences verbales et parfois physiques.

Le sentiment de honte est omniprésent pour l’enfant et l’isolement se creuse. Comment inviter des amis à la maison dans ces conditions et se sociabiliser ? Comment construire sa propre image à travers celle ainsi renvoyée par les géniteurs ?

Les tensions familiales sont accrues à l’inverse du portemonnaie qui, lui, fond comme neige au soleil quand les bouteilles se vident.

Il est aisé d’imaginer les répercussions dramatiques sur les enfants.

C’est pour cela que notre société et la loi protège de différentes manières la enfants vivant dans ce contexte destructeur.

Quels recours et mesures pour un enfant de parents alcoolique ?

Tout d’abord un numéro d’écoute et de conseils que les enfants eux-mêmes peuvent appeler.

A commencer par le 103, un numéro d’écoute. Le 119, le numéro mis en place pour les enfants en danger. Ce dernier est destiné aux enfants et à toutes personnes qui constateraient une situation de danger pour des enfants, et ne se limite pas à la violence.

Même si les cas sont rares, la situation de consommation régulière et excessive d’alcool peut entrainer le retrait de l’autorité parentale à l’un ou aux deux parents. L’enfant pourrait être placé dans des cas gravissimes.

Cette mesure n’est pas une sanction pour le parent mais est destinée à protéger l’enfant.

Si l’article 371-1 du Code Civil énonce que « L’autorité parentale est un ensemble de droits et de devoirs ayant pour finalité l’intérêt de l’enfant », l’article 3 de la Convention des droits de l’enfant induit la prise d’une telle décision puisque « Les Etats parties s’engagent à assurer à l’enfant la protection et les soins nécessaires à son bien-être […] et ils prennent à cette fin toutes les mesures législatives et administratives appropriées ».